La solidarité avant tout @Dernières Nouvelles d’Alsace

par Maud L le 26 août 2015

ZOOM SUR  Give’n’joy, la solidarité avant tout

Give’n’joy sera effective dès la rentrée 2015. En septembre les sans-abri pourront profiter d’un concept innovant inspiré des épiceries solidaires et des cafés suspendus.

L’idée est venue d’un brainstorming des quatre cofondateurs de l’association : Pierre-Julien Delon, Maxime Meunier, David Jean, tous les trois diplômés d’Ingésup Paris, et, bien sûr, Chloé. « J’ai rencontré Pierre-Julien dans la collocation où j’habitais à Paris, et il m’a proposé de participer avec lui et deux de ses amis à ce concours », explique Chloé Gignet, cofondatrice de Give’n’joy.

Ils avaient obtenu la deuxième place en finale française dans la catégorie « citoyen du monde » l’année précédente et voulaient faire mieux pour l’année 2015. « Pendant le brainstorming, on est venus à s’intéresser aux sans domicile fixe et à se demander comment on pouvait les aider » explique Chloé. « Comme j’avais entendu parler des cafés suspendus et repas réservés on est partis dans cette direction ». L’objectif des cafés suspendus, de plus en plus répandus est simple : offrir un café ou profiter d’un café qu’un inconnu a déjà payé. Un concept profitable surtout aux sans-abri.

Inspiré et innovant

« Ce que l’on garde des cafés suspendus, c’est le concept : les repas ou les denrées gratuites grâce à la générosité des donateurs et des restaurateurs ou épiciers solidaires qui participent à l’aventure », explique Chloé. Give’n’joy a décidé de passer par une application ; ainsi l’équipe sait qui a donné, et peut valoriser les dons par une exonération fiscale. « On passe par le numérique donc on peut chiffrer ce qui est donné en temps réel » explique la jeune fille.

« Les bénéficiaires, accompagnés par plusieurs associations mulhousiennes peuvent donc savoir où ils pourront bénéficier de repas gratuits et choisir selon leurs préférences » continue-t-elle. En fait, les sans-abri auront accès à ces informations grâce aux associations qui les accompagnent.

« Le projet a évolué depuis le début… »

L’équipe de Give’n’joy a toujours voulu travailler avec des objets connectés. C’est là toute l’innovation du projet, d’ailleurs. « Au départ, on voulait distribuer aux bénéficiaires des cartes rechargeables à distance grâce à une application » explique Chloé. « Mais en participant au Start-up weekend on s’est rendu compte que le projet serait trop compliqué à mettre en place et que les bénéficiaires des dons pourraient ne pas s’approprier facilement le concept » continue-t-elle. De « Street donation » à « plaisir partagé » le nom de l’association a également changé plusieurs fois avant de devenir « Give’n’joy », un nom anglicisé surfant sur le jeu de mots entre « donner » et « joie » : les deux maîtres mots de l’association.

Aujourd’hui d’autres personnes aident les fondateurs initiaux : « depuis le Start-up Week-end, Tristan Waechter est à plein temps avec moi pour lancer le projet, et six autres personnes nous donnent des coups de mains ponctuels » précise la Haut-Rhinoise.

L’association pleine de promesse, veut mettre la communication en avant. « On réfléchit à l’organisation future de l’association. On aimerait y introduire un concept démocratique dans lequel tous les adhérents, associations, bénéficiaires ou restaurateurs auraient leur mot à dire » précise Chloé. Une belle aventure humaine en perspective.

Télécharger le PDF.